Blog

Plan 12 Luc Favre – Jour 5 – Il faut commencer par donner pour pouvoir recevoir Square

Jour 5 – Il faut commencer par donner pour pouvoir recevoir

VERSETS RÉFÉRENCE :

Luc 6:38 Louis Segond
38 Donnez, et il vous sera donné: on versera dans votre sein une bonne mesure, serrée, secouée et qui déborde; car on vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis.

2 Corinthiens 9:6-15 Louis Segond
6 Sachez-le, celui qui sème peu moissonnera peu, et celui qui sème abondamment moissonnera abondamment.
7 Que chacun donne comme il l’a résolu en son coeur, sans tristesse ni contrainte; car Dieu aime celui qui donne avec joie.
8 Et Dieu peut vous combler de toutes sortes de grâces, afin que, possédant toujours en toutes choses de quoi satisfaire à tous vos besoins, vous ayez encore en abondance pour toute bonne oeuvre,
9 selon qu’il est écrit: Il a fait des largesses, il a donné aux indigents; Sa justice subsiste à jamais.
10 Celui qui Fournit de la semence au semeur, Et du pain pour sa nourriture, vous fournira et vous multipliera la semence, et il augmentera les fruits de votre justice.
11 Vous serez de la sorte enrichis à tous égards pour toute espèce de libéralités qui, par notre moyen, feront offrir à Dieu des actions de grâces.
12 Car le secours de cette assistance non seulement pourvoit aux besoins des saints, mais il est encore une source abondante de nombreuses actions de grâces envers Dieu.
13 En considération de ce secours dont ils font l’expérience, ils glorifient Dieu de votre obéissance dans la profession de l’Évangile de Christ, et de la libéralité de vos dons envers eux et envers tous;
14 ils prient pour vous, parce qu’ils vous aiment à cause de la grâce éminente que Dieu vous a faite.
15 Grâces soient rendues à Dieu pour son don ineffable!

Hébreux 7:1-4 Louis Segond
1 En effet, ce Melchisédek, roi de Salem, sacrificateur du Dieu Très Haut, -qui alla au-devant d’Abraham lorsqu’il revenait de la défaite des rois, qui le bénit,
2 et à qui Abraham donna la dîme de tout, -qui est d’abord roi de justice, d’après la signification de son nom, ensuite roi de Salem, c’est-à-dire roi de paix, –
3 qui est sans père, sans mère, sans généalogie, qui n’a ni commencement de jours ni fin de vie, -mais qui est rendu semblable au Fils de Dieu, -ce Melchisédek demeure sacrificateur à perpétuité.
4 Considérez combien est grand celui auquel le patriarche Abraham donna la dîme du butin. 

RÉFLEXIONS :

Lis Luc 6 :38, 2 Corinthiens 9 :6-15 et Hébreux 7 :1-4 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Qu’est-ce que t’inspire ce passage de Luc 6 :38 ? Prends un instant pour le méditer et écrire quelques ré exions sur ce texte.

Selon toi, que Paul veut-il dire lorsqu’il compare l’argent à de la semence ?

CONTENU :

La Bible nous enseigne dans Proverbes 11 :24 : « Tel qui fait des largesses devient plus riche ; et tel qui épargne à l’excès ne fait que s’appauvrir ». Ce principe biblique selon lequel nous sommes plus riches lorsque nous donnons plus, comme tous les autres principes du Royaume, est complètement contre-intuitif : en effet, en général nous avons tendance à vouloir posséder pour pouvoir donner. La vraie question est : qu’est-ce qu’avoir, qu’est-ce que posséder ? Un jour on a demandé à un homme extrêmement riche qu’est-ce qu’était avoir assez et sa réponse fut simplement : « Juste un peu plus ». Et c’est malheureusement souvent l’attitude que nous avons lorsqu’il s’agit de donner : nous considérons ce qu’il nous manque et de ce fait pourrait nous empêcher de donner au lieu de regarder à tout ce que nous avons et que nous pouvons donner. Alors qu’en réalité le fait de donner, même si ce n’est pas grand-chose, devient une semence qui se multiplie (cf. 1 Rois 17 :10-16). Il ne s’agit donc pas de t’inquiéter pour ce qui semble te manquer, mais de te demander comment faire de ce que tu as une semence pour la multiplication.

Car c’est bien de cela dont il s’agit : notre argent est une semence. Vous avez certainement déjà entendu cette phrase lorsqu’une pièce tombe par terre : « Ça ne pousse pas… » ? Ce n’est pas tout à fait exact, car la Bible nous enseigne au contraire que si nous « semons » notre argent, bien évidemment pas dans la terre de notre jardin, mais en l’investissant avec foi et obéissance là où Dieu nous le montre, alors nous récolterons une moisson de bénédictions, y compris financière. C’est ce qui s’est passé par exemple avec cette veuve de Sarepta qui a donné le reste de son huile et de sa farine et n’en a ensuite plus jamais manqué durant toute la période de famine (cf 1 Rois 17 :11-16).

Cependant, lorsque nous semons, nous devons le faire en obéissance à ce que Dieu nous révèle… Car ce n’est pas le fait de semer qui fait la différence, ni même de prier pour notre semence, mais c’est l’obéissance de la foi qui fait tout. Imaginez un homme prenant du bon blé et le jetant à la volée sur son parking, et qui ensuite prie tous les jours pour que cela pousse. Tu vas certainement trouver cela stupide et pourtant c’est parfois ce que nous faisons. Nous semons en donnant là où nous pensons voir des besoins ou là où nous sommes touchés dans nos émotions et ensuite nous prions pour la provision de Dieu sans que rien ne se passe, ce qui engendre des frustrations, de l’incompréhension et de la colère. Ce qui est en cause, ce n’est pas la semence, car celle-ci est faite pour pousser, ni l’arrosage par la prière, mais c’est le terrain. Certains terrains ne portent pas de fruits, et le seul terrain qui porte du fruit est celui de l’obéissance à ce que Dieu nous dit.

La semence est faite pour se multiplier, mais pour cela il faut la semer. Un seul grain planté en terre porte de nombreux fruits. Dieu nous a donné ce qui était nécessaire pour que nous puissions semer (2 Corinthiens 9 :10). Et Il a prévu que le fruit porté par ce que nous avons semé nous donnera suffisamment pour nous nourrir et pour donner à nouveau autour de nous. Ainsi, Dieu ne nous donne pas nécessairement tout ce dont nous avons besoin immédiatement, mais Il nous rend participants – par notre action de semer – à la récolte a n que nous recevions ce dont nous avons besoin, et même au-delà, a n de pouvoir semer davantage.

Notre prospérité est entre nos mains, cela ne dépend pas de Dieu, mais de notre capacité à donner de manière généreuse (cf. 2 Corinthiens 9 :6). Imagine que tu voies quelqu’un assis devant un champ qui prie pour que des carottes poussent. Tu lui demandes quand et combien de graines il a semées et il te répond : « aucune ». Il est évident que même s’il prie et jeûne un long moment, jamais il ne verra de carottes pousser dans ce champ… Dieu a prévu que le fruit suive toujours la semence et il en est de même en ce qui concerne l’argent. Si tu as un besoin, quel qu’il soit, commence par considérer ce que Dieu te demande de semer et comment Il veut que tu le fasses.

Il est important de toujours le faire avec joie. Lorsque tu sèmes, tu ne dois pas le faire afin d’être béni en retour et de récolter, mais pour obéir à Dieu. Même si tu peux t’attendre à récolter quelque chose en retour, car c’est ce que Dieu désire faire. Il est généreux et désire te bénir abondamment afin que tu sois une grande bénédiction pour beaucoup. Prends un moment pour demander à Dieu d’ouvrir tes yeux afin que tu perçoives les terrains où tu dois semer et que tu puisses entrer dans une dimension nouvelle de générosité.

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Leave a Comment

Your email address will not be published.